Bonjour à toutes et à tous,

Que dire en ce mois d'Octobre ? ... on se rapproche un peu plus de la belle saison, pas trop chaude (40°, ça c'est chaud), ensoleillée (toujours un peu, même si dans l'est, il est vrai qu'il pleut plus qu'ailleurs).

Nous avons eu la joie de recevoir Marie-Françoise et Loïc qui, grands explorateurs en jambe, partent sillonner les cirques de Bourbon. Loin de la mère patrie, nous nous sommes remémorés notre enfance (pour certains) le chalet de St Nicolas la Chapelle, ses us et coutumes, ses voisins, son environnement. Voir défiler mentalement des souvenirs de famille de plus de 20 ans, ça vous assoit. Mais voir défiler mentalement des images de neige, de ski, vous rappeler la morsure du gel sur la petite terrasse réunionnaise, ça vous saisit.
Merci à Loïc pour son concours à l'épluchage de la noix de coco. Il faut revenir la sabrer...

Nous sommes partis randonner nous aussi... pas de raison !
Sur le chemin du piton de la fournaise, le paysage est grandiose : les fumées de souffre s'échappent encore des coulées de lave d'Avril 2007 et provoquent de la vapeur d'eau. Les cascades coulent elles aussi. Silence respectueux. Mais faut y aller, parce que de la roche tombe sur la route.



                                                    
P1010533
 





Départ tôt... mais vous nous connaissez depuis le temps !
Roches Plates, un endroit peuplé lontan, à 4H de marche de la 1ere ville. Dans les années 60, les habitants ont fui à cause des odeurs de souffre, annonciatrices d'une potentielle irruption. Ils ont eu raison : un affaissement de la montagne a créé un éboulis et piéger la rivière, qui elle a engendré un lac, le lac de mahavel. Tout a été inondé en altitude. Depuis, le lac a été désengorgé mais régulièrement, après chaque cyclone ou tempêtes, les pelleteuses refont la piste. C'est praticable à pied ou en 4x4.

P1010545








P1010555


                                                                        parfois, on se croit perdus...


P1010574 


La fine équipe avec de gauche à droite :

Jo, Nicole, Michel, Raymond, Rod, Marie-Hélène, Fabien
Fady, Marie-Jeanne et Maya, Sarah, Aurélie.

Halte chez un des oncles de la famille Fontaine, grillades, rhum aux combavas que personne n'a goûté (aussi curieux soit-il, c'est vrai!), convivialité, chaleur humaine, chaleur du feu de bois, que demander de plus ?
L'après-midi, nous nous sommes dégourdis les jambes jusqu'à la rivière. Plusieurs groupes se sont formés avec les proches lit de rivière, les férus de sentiers inexistants, ...et Michel qu'on a perdu. Les Morazin étant parti pris pour la jungle équatoriale, les chocas (énormes cactus) nous ont lacérés les bras, les ronces, les mollets, tout ça en tenant l'arc et les flèches que Rodolphe s'était confectionné pour aller pêcher.
Autant dire, qu'on était fatigué au retour.

Gîtes en bois pour la restauration, tentes et matelas douillet pour le coucher, emplacement du feu de camp disproportionné pour pas grand chose (pas le droit de faire un foyer, la dernière fois avec le vent, les étincelles ont jailli et brûlé toutes les tentes), nous avons donc raconté nos histoires à la faveur de la nuit. Et quelles histoires...

Le lendemain, promenade pour ceux qui le souhaitaient... Rodolphe a épié un pêcheur de truites, il aurait donné beaucoup pour être à sa place. Nous avons entamé le sentier du pied de boeuf, juste pour se mettre en jambe. Puis Fady (prochain marathonien du Grand Raid, un truc de malade) est redescendu en courant (moi, le souffle court : «vas-y, vas-y je ne voudrais pas te retarder... »), pressé d'aller aider les femmes à cueillir les bredes (c'est d'autant plus vertueux).
Nous avons passé un formidable we, exceptionnel car bien entourés.

                        

P1010616

Au revoir Roches Plates


Nous vous espérons également tous bien entourés dans vos cercles familiaux, amicaux.

Les Photos de Roches Plates sont visibles sur les albums.